Vincent Roger - Conseiller régional d'Île-de-France, délégué spécial de la Région Île-de-France pour Paris 2024

50 ans après…

Il y a 50 ans s’éteignait Charles de Gaulle. 50 ans après, son héritage politique et intellectuel est immense. Il appartient désormais à tous les français et à toutes les françaises. Formons le vœu qu’il nous inspire encore plus. À mes yeux, le gaullisme est avant tout une philosophie de l’action basée sur des principes – le patriotisme, les valeurs de la République, le refus du renoncement- la connaissance de l’histoire, le pragmatisme et l’honnêteté intellectuelle. Beaucoup aujourd’hui s’en réclament. je ne peux que m’en féliciter. À 18 ans, début de mon engagement, comme aujourd’hui, j’ai toujours pensé que le gaullisme était tout sauf une idéologie. Par essence, il combat les idéologues. Il exècre la démagogie- le mal de notre siècle – le populisme et la médiocrité. Quand je vois certains s’exprimer en faisant référence au gaullisme pour commenter l’actualité, je les invite à retrouver le chemin de l’humilité. Pour ma part, je ne sais ce que dirait de Gaulle des enjeux du 21ème siècle comme le défi climatique, la révolution digitale ou une pandémie mondiale. La seule chose dont je suis certain c’est qu’il agirait au nom de l’intérêt général, du dépassement des clivages refusant les diktats partisans, de la volonté de rassembler les français et du rayonnement de la France. À méditer.