Vincent Roger - Conseiller du 4e arrondissement, conseiller régional d'Île-de-France, délégué spécial de la Région Île-de-France pour Paris 2024

Gratuité des transports : un coût exorbitant pour une mesure inefficace.

Communiqué du groupe LR et Indépendants au Conseil de Paris

Fragilisée par une succession d’échecs en matière de développement des moyens de transports alternatifs – Autolib’ et Vélib’ – la Maire de Paris multiplie les revirements qualifiés d’«opportunistes» par son ancien premier adjoint.

Une fuite en avant qui confirme la fébrilité d’une majorité d’évidence plus préoccupée par sa réélection que par l’action au service des Parisiens, alors que la lutte contre l’insécurité et la saleté devrait être une priorité absolue.

Le bénéfice écologique d’une telle mesure serait très faible. Le rapport Ile-de-France Mobilités a récemment démontré que la baisse du trafic automobile serait marginale : de l’ordre de 2%. La Maire de Paris le reconnaît elle-même : 90% des Parisiens n’utilisent déjà plus leur voiture en semaine.

Cette proposition démagogique a un coût : il faudrait compenser 2,5 milliards d’€ de recettes perdues. Pour Paris, cela représente au moins 700 M€, soit l’équivalent du budget annuel de la Ville consacré aux écoles.
Ce qui ne serait plus payé par les voyageurs le serait évidemment par les contribuables, à raison de 500€ par ménage, et par les entreprises avec des conséquences importantes sur l’emploi et l’attractivité de la région.

Pour garantir la fiabilité et l’attractivité des transports en commun la priorité aujourd’hui n’est pas de tromper les « voyageurs-électeurs » mais de poursuivre les investissements.