Vincent Roger - Conseiller du 4e arrondissement, conseiller régional d'Île-de-France, délégué spécial de la Région Île-de-France pour Paris 2024

Immense émotion

Le père de la Nation vient de nous quitter. Mon émotion est immense. À 18 ans je me suis engagé en politique pour soutenir Jacques Chirac. Plus tard aux côtés de Philippe Séguin, j’ai participé à la campagne présidentielle de 1995. Une des plus belles aventures humaines que j’ai connue.

Le Président Chirac incarnait une conception humaine et exigeante de la politique. Il avait une haute idée de l’engagement et un sens du compagnonnage incomparable. Mais Il était surtout un homme d’Etat, un gaulliste et un humaniste. Son obsession consistait inlassablement à rassembler les français. L’unité du pays constituait l’ADN de son engagement pour la France. Les valeurs de la République étaient pour lui non négociables comme le prouve son combat de toujours contre les extrêmes.

Il se préoccupait aussi du quotidien des français d’abord comme Maire de Paris – ville qu’il transforma- puis à l’Élysée avec le plan de lutte contre le cancer, le développement de la sécurité routière…

Enfin avec lui l’indépendance de la France c’était des actes forts. Lors de la guerre en Irak, sous son autorité, la France avait vu juste. Sans oublier qu’il fut le premier dirigeant de la planète à alerter sur le climat, en 2002, lors du sommet de la Terre à Johannesburg, avec sa célèbre formule « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs »

Souvent critiquer de son vivant, aujourd’hui il rentre dans l’Histoire par la grande porte. Adieu Monsieur le Président.