Vincent Roger - Conseiller du 4e arrondissement, conseiller régional d'Île-de-France, délégué spécial de la Région Île-de-France pour Paris 2024

La machine de Turing

J’ai assisté, jeudi 31 mai, à la première représentation de la nouvelle pièce de Benoit Solès : la machine de Turing. Il s’agissait d’une avant première avant l’heure en mairie du 3ème arrondissement.

L’auteur est également acteur. Benoit Solès incarne Alan Turing. Un héros inconnu qui contribua tout simplement a changé le cours de la seconde guerre mondiale. Mathématicien de génie Alan Turing décrypta les codes secrets de l’Allemagne nazie. Ses travaux furent à l’origine de l’ordinateur. Il fut le pionnier de l’intelligence artificielle. Malgré la reconnaissance de Churchill il se devait de garder son secret.

Ce qu’il fit durant la guerre resta classé secret défense durant 50 ans. Condamné pour homosexualité par la justice britannique au début des années 50, il eut l’obligation de subir un traitement chimique. Il fut interdit d’enseigner et de continuer ses recherches. À 41 ans il mît fin à ses jours en croquant une pomme au cyanure. Cette pomme croquée est devenue célèbre dans le monde entier en devenant le symbole d’Apple. L’Ironie de l’histoire c’est que cet homme dont la vie ne fut que « le silence et la solitude » est à l’origine de la révolution digitale source intarissable d’échanges entre les hommes. Destin aussi tragique qu’époustouflant. En 2013 la reine Élisabeth le gracia à titre posthume.

Benoit Solès est étincelant. Il réalise, en duo avec le comédien Amaury de Crayencour, aussi une prouesse physique tant la pièce est rythmée.

Allez-voir La machine de Turing. Cela va vous bousculer, vous faire réfléchir et vous émouvoir.

34016695_10156323693277383_7128065163395072_n