Vincent Roger - Conseiller du 4e arrondissement, conseiller régional d'Île-de-France.

Ma lettre aux habitants de la 7e circonscription

Madame, Monsieur, 

Au soir du 1er tour de l’élection présidentielle, notre pays est apparu plus divisé qu’il ne l’a jamais été depuis le début de la 5ème République. Cette situation trouve sa source à travers une gravité française que l’on ne peut plus ignorer.

Face à cette gravité, le quinquennat de François Hollande a lamentablement échoué. Il est urgent de réagir.

C’est dans ce contexte que vous allez voter aux élections législatives. Emmanuel Macron, après avoir été associé à toutes les décisions du mandat de François Hollande, vous propose de constituer une majorité hétéroclite. Il veut faire de la politique autrement mais en vérité il réchauffe de vieilles soupes politiciennes avec les arguties de ses communicants.

Pour les 5 ans à venir, la France ne peut plus faire le choix de l’hésitation.

Ensemble, faisons le choix de la clarté. Candidat aux législatives dans votre circonscription, je vous invite à vous mobiliser pour donner à la France une majorité stable, claire et de conviction autour de François Baroin.

Agé de 48 ans, habitant le centre de Paris depuis 37 ans, marié, père de deux enfants, ma vie a été marquée par différents engagements et rencontres. A 28 ans j’ai eu l’honneur d’être le chef de cabinet de Philippe Séguin. J’ai appris de lui l’exigence républicaine, la rigueur et la soif d’honnêteté intellectuelle. Je me revendique gaulliste social.

Mon expérience d’entrepreneur entre 2009 et 2016 me permet également d’appréhender la réalité des enjeux socio-économiques mais aussi des contraintes fiscales et administratives qui pèsent sur de nombreux Français. En janvier dernier, j’ai mis fin à cette activité pour me consacrer entièrement à ma famille politique et au débat public.

Pour mener campagne, j’ai choisi l’emblème de la colonne de la Bastille. Elle est non seulement au cœur de la 7ème circonscription de Paris, mais c’est aussi le symbole de la révolution des idées que je propose.

Nombreuses sont les Bastilles qui doivent tomber. Ces Bastilles qui cassent l’idéal républicain. Ces Bastilles qui bloquent l’audace française. Ces Bastilles qui méprisent les plus faibles.

La Bastille de la naïveté sur l’intégration. Devenir français doit être une adhésion à la France, à ses valeurs, à son histoire, à sa langue et au pacte républicain. Si je suis pour une France généreuse, je considère que notre République doit être intraitable concernant l’assimilation. Elle doit être aussi implacable contre les dérives sectaires et communautaristes qui mènent au terrorisme.

La Bastille de l’exclusion. Elu engagé sur les questions sanitaires et sociales, je veux être un Député qui s’engage pour une vraie justice sociale. Celle des droits et des devoirs.

La Bastille des contraintes. Face à de nombreux carcans et à une fiscalité délirante qui bloquent les talents, nous avons l’impérieuse nécessité de faire souffler en 2017 un vent de liberté pour renouer avec le plein-emploi et redonner du pouvoir d’achat aux Français. A cet égard, député je voterai des lois pour encourager les travailleurs indépendants, les auto-entrepreneurs, les patrons de PME, les créateurs, l’imagination de tous… et finalement libérer les initiatives. De même, avec François Baroin, nous nous engageons à en finir avec cinq ans de matraquage fiscal qui ont durement frappé les familles et les classes moyennes.

La Bastille de la pensée unique. Face à une gauche qui se couche devant Nuit debout, je veux être un député qui assume son patriotisme. Un député qui combat la démagogie et le sectarisme. Un député qui défend le mérite, l’intérêt général, l’idéal républicain… Dans cet esprit, j’en appelle à la refondation de l’Ecole de la République et à la restauration de l’autorité de l’Etat.

Député, je ferai du respect de la personne humaine une valeur cardinale de mon action à l’Assemblée nationale. Respect en soutenant ceux qui sont les héros quotidiens du pacte républicain : policiers, enseignants, militaires, soignants…. Respect en faisant de l’égalité entre les femmes et les hommes une ambition assumée. Respect vis-à-vis des oubliés de la République pour lutter contre la grande pauvreté et redonner du sens à la dignité humaine.

En juin prochain, dans cette circonscription, le choix sera simple : continuer avec un candidat socialiste, élu depuis 30 ans, député depuis 20 ans, archétype du vieux PS, donner sa voix à la candidature « En marche pour l’ambiguïté », ou choisir autour de ma candidature, une autre façon d’agir.

Je vous invite, avec Aurore Mouysset-Nozerand, ma suppléante, élue du 11ème, autour de la Bastille, à un vaste rassemblement. Un rassemblement pour l’exigence républicaine et un projet cohérent.

Très cordialement

Vincent Roger