Vincent Roger - Conseiller du 4e arrondissement, conseiller régional d'Île-de-France, délégué spécial de la Région Île-de-France pour Paris 2024

Mon contrat de mandature 2017/2022

Avec votre soutien, à l’Assemblée, pour les 5 ans à venir, la France ne peut plus faire le choix de l’hésitation, c’est pourquoi je veux être un député qui s’engage à réformer notre pays. Député, j’aurai l’obsession d’agir.

AGIR POUR ALLIER LE VIVRE ENSEMBLE AUX EXIGENCES DE L’UNITÉ NATIONALE.

Devenir français doit être une adhésion à la France, à ses valeurs, à son histoire, à sa langue et au pacte républicain. Si je suis pour une France généreuse, je considère que notre République doit être intraitable concernant l’assimilation. Elle doit être aussi implacable contre les dérives sectaires et communautaristes qui mènent au terrorisme. C’est, pour moi, le devoir du député de la circonscription ensanglantée par les attentats de 2015.

  • Défendre un idéal républicain universaliste et refusant toute compromission avec le communautarisme.
  • Dissoudre tous les mouvements se réclamant du « salafisme » et de l’islamisme radical, ainsi que les associations qui prônent la haine, la violence et la discrimination notamment à l’encontre des femmes.
  • Faire de l’interdiction du voile intégral dans l’espace public une réalité et sanctionner fermement toute violation répétée.
  • Placer les personnes fichées S les plus dangereuses de manière préventive sous surveillance physique et électronique renforcée, et interdire le retour des binationaux qui se sont rendus à l’étranger sur des zones d’opérations terroristes et djihadistes.
  • Expulser du territoire national les non nationaux en lien avec des réseaux terroristes.
AGIR EN VOTANT DES LOIS POUR ENRAYER LE CHÔMAGE.

Entre 2012 et 2017, le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 1,2 millions. Face à cette situation, je n’accepte pas cette fatalité française. Ce mal qui ronge socialement notre pays. Nos voisins ont réussi à relancer leur économie en plaçant les entreprises au cœur de leurs politiques économiques. Notre remède au fléau du chômage sera simple  : appliquer ici ce qui a marché partout ailleurs. Il nous faut créer les conditions d’un big bang de l’emploi.

  • Baisser les charges pesant sur le travail et la production qui étouffent nos entreprises et notre industrie en rapprochant leur niveau de la moyenne européenne. • Supprimer les 35 heures et laisser à chaque entreprise ou à chaque branche la liberté de négociation du temps de travail.
  • Refonder et simplifier le code du travail pour garantir les droits fondamentaux des salariés sans être un frein au recrutement.
  • Faciliter les recrutements en plafonnant les indemnités prudhommales et en doublant les seuils sociaux.
  • Faire de l’alternance la principale voie d’accès des jeunes à l’emploi.
AGIR POUR METTRE FIN AUX NOMBREUX CARCANS ET À UNE FISCALITÉ DÉLIRANTE QUI BLOQUENT LES TALENTS.

Quand on demande aux créateurs, aux travailleurs indépendants, aux chefs d’entreprise ce que nous pouvons faire pour les aider, ils répondent généralement : « Qu’on nous laisse juste travailler !  ». Il est grand temps de faire redonner un souffle de liberté à notre économie.

  • Remplacer le RSI par une caisse de protection des indépendants adaptée aux professionnels.
  • Lutter contre l’excès de bureaucratie et le poids des normes qui paralysent notre pays.
  • Exiger la stabilité fiscale pour donner de la visibilité aux entreprises.
  • Supprimer l’ISF, impôt injuste par rapport à la résidence principale, impôt contreproductif vis-à-vis de l’investissement et donc de l’emploi.
AGIR POUR REFONDER UNE POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE POSITIVE ET PERFORMANTE.

Surconsommation énergétique, dérèglement climatique, appauvrissement de la biodiversité, péril sanitaire : il y a urgence à agir sans idéologie ni démagogie pour préparer l’après-pétrole et nous engager vers une économie décarbonée.

  • Amplifier la politique d’économie d’énergie car la meilleure énergie est finalement celle que l’on ne consomme pas.
  • Eliminer les énergies fossiles de la production d’électricité avec comme objectif « zéro charbon sous cinq ans ».
  • Créer les conditions favorables au développement de véritables filières industrielles françaises des énergies renouvelables.
  • Aider l’économie verte créatrice d’emplois.
AGIR POUR SOUTENIR LE POUVOIR D’ACHAT DES CLASSES MOYENNES ET DES FAMILLES.

Depuis 2012, ce sont près de 50 milliards d’euros de taxations supplémentaires qui ont été imposés aux Français. Les classes moyennes et les familles en ont été profondément affaiblies. Je n’accepte pas qu’elles subissent de nouvelles augmentations d’impôts.

  • Baisser de 10 % l’impôt sur le revenu pour tous les ménages et rétablir la défiscalisation des heures supplémentaires.
  • Augmenter les petites retraites de 300 € par an, et les pensions modestes de réversion de 10 %.
  • Rétablir l’universalité des allocations familiales et relever le plafond du quotient familial pour aider les familles, grandes perdantes du quinquennat Hollande
AGIR POUR REFONDER L’ÉCOLE ET PRÉPARER NOS ENFANTS AUX DÉFIS DU 21ÈME SIÈCLE.

L’école est le lieu de l’ascenseur social. Je crois en l’école comme le creuset de la République, je crois en l’école comme le creuset de la méritocratie. Voilà ce que doit être notre objectif.

  • Renforcer les savoirs fondamentaux pour qu’aucun élève n’entre en sixième sans savoir lire, écrire, compter ni sans connaître l’histoire de notre pays.
  • Abroger la réforme des rythmes scolaires qui fatigue les plus petits et n’apporte strictement rien aux enfants en échec scolaire.
  • Soutenir une révolution pédagogique pour l’enseignement des langues vivantes. Selon « education first », la France se classe 37ème pour l’apprentissage de l’anglais : Let’s go !
  • Encourager l’autonomie des écoles, des collèges et des lycées, dans un cadre national.
AGIR POUR UNE FRANCE PLUS FRATERNELLE.

La France compte 8,7 millions de personnes ayant un revenu situé au-dessous du seuil de pauvreté. C’est une situation inacceptable face à laquelle nous ne pouvons baisser les bras. Nous ne pouvons tolérer non plus que le sentiment d’exclusion soit, pour de nombreux Français, une réalité.

  • Lancer un grand plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et l’exclusion.
  • Aider nos aînés à vieillir dignement en renforçant les dispositifs de prise en charge de la dépendance.
  • Améliorer l’accueil des enfants en situation de handicap à l’école et l’insertion des personnes handicapées dans l’entreprise.
  • Lutter contre les inégalités d’accès aux soins en instaurant une consultation de prévention remboursée tous les deux ans et en visant un reste à charge zéro pour les dépenses les plus coûteuses comme l’optique, le dentaire et les audio- prothèses.