Vincent Roger - Conseiller du 4e arrondissement, conseiller régional d'Île-de-France, délégué spécial de la Région Île-de-France pour Paris 2024

Place de la Bastille, la nécessité d’une concertation

Face au refus de la Maire de Paris de se concerter avec la RATP et Ile-de-France Mobilité, en concertation avec Valérie Montandon (élue du 12ème) et Jacques Lefort (élu du 11ème), je déposerai en conseil du 4ème, le 28 janvier 2019, un vœu appelant la ville à une véritable concertation avec les acteurs de la mobilité concernant l’aménagement de la place de la Bastille. Voici le vœu :

Relatif à l’aménagement de la place de la Bastille

Considérant les courriers d’alerte de la RATP et Île-de-France mobilités concernant les impacts négatifs du plan d’aménagement de la place de la Bastille sur la circulation des autobus

Considérant que la RATP précise dans un courrier du 30 octobre 2017 que « que le bon fonctionnement du réseau de bus n’est pas assuré. Compte tenu de la géométrie de l’aménagement présenté et de son fonctionnement dynamique supposé, le risque de blocage régulier des lignes de bus est avéré, ce qui n’est pas acceptable pour la RATP».

Considérant que la RATP insiste de nouveau dans un courrier du 14 juin 2018 sur le fait que «alors que la Ville de Paris envisage d’engager des travaux sur la place de la Bastille dès le mois de septembre prochain, la RATP n’a pas reçu d’éléments sur la fluidité des circulations sur la place et à ses abords, ni sur l’évolution des temps de trajet de nos lignes de bus concernées.» ;

Considérant que la ville de Paris a ignoré les demandes de concertation avec Ile de France mobilité et la RATP et a arrêté le projet d’aménagement sans saisie préalable des deux plus importants acteurs de la mobilité à Paris ;

Considérant que les aménagements tels que prévus par la ville auront pour conséquence une  détérioration des  intermodalités,  de l’exploitation et de la vitesse commerciale des bus ;

Considérant que des arrêts d’autobus prévus hors de la place auront pour conséquence de les éloigner des accès du métro et  de générer des correspondances entre bus plus longues et que cela pénalisera en particulier les personnes à mobilité réduite ;

Considérant que la vitesse commerciale des bus à Paris diminue chaque année du fait de la congestion avec une vitesse moyenne constatée par la RATP en heures de pointe du soir, de l’ordre de 9,5km/h.

Le conseil du 4ème arrondissement émet le vœu :

Que la ville de Paris accepte d’entamer une concertation avec la RATP et Ile-de-France mobilité et prenne en considération leurs recommandations dans l’aménagement de la place de la Bastille afin d’éviter une détérioration des intermodalités et de l’exploitation des bus.