Vincent Roger - Conseiller du 4e arrondissement, conseiller régional d'Île-de-France, délégué spécial de la Région Île-de-France pour Paris 2024

Une déroute déroutante

Au lendemain du 1er tour des élections législatives je ne cache pas ma déception. Le score dans ma circonscription est catastrophique. 2/3 des électeurs de François Fillon du 1er tour des présidentielles se sont abstenus ou ont voté pour En Marche. Je remercie les 4436 électeurs qui m’ont apporté leur suffrage. Je tiens également à remercier chaleureusement mon équipe qui s’est mobilisée avec dévouement et conviction. Si je ne m’attendais pas à un tel résultat j’étais lucide sur la situation. Je me devais de mener ce combat pour ma famille politique. Je ne le regrette pas.

À l’échelle de Paris, la droite est à terre. La vague En Marche s’est amplifiée à Paris. Tout est à reconstruire. Je vais prendre le temps de la réflexion pour tirer les enseignements de cette situation.

Au niveau national j’invite chacun à s’interroger. Il n’y a pas eu de vrai débat à la présidentielle avant le premier tour. Pour le second tour il n’y a pas eu de choix. Aux législatives la moitié des Français ne se sont pas rendus aux urnes. Hier on a assisté au record de l’abstention sous la 5ème République. Et au final on risque d’avoir une assemblée avec un parti unique. Emmanuel Macron a fait 23% au premier tour de la présidentielle, il aura plus de 400 députés voire 500. Tout cela est assez irrationnel. Est-ce un gage de santé démocratique?